Close

Les avantages de la périodisation des protéines chez l’athlète et pourquoi Orreco recommande Immunocal

Par Dr. Nathan Lewis

Les scientifiques et les praticiens travaillant pour Orreco utilisent Immunocal avec les athlètes depuis plus de dix ans. Immunocal s’appuie sur un ensemble substantiel de recherches scientifiques, et c’est grâce à la publication de ces recherches évaluées par des pairs1 que les scientifiques d’Orreco ont tout d’abord découvert Immunocal en 2008.

Un apport suffisant en protéines alimentaires est essentielle pour la santé, l’immunité, l’adaptation et la performance des athlètes2. Un apport insuffisant en protéines alimentaires a été signalé chez les athlètes souffrant de fatigue chronique et des altérations significatives des concentrations sanguines en acides aminés ont été observées chez les athlètes fatigués par rapport aux athlètes en bonne santé.3,4,5,6,7. Immunocal peut être utilisé comme une source supplémentaire de protéines autour de l’entraînement pour soutenir la récupération au quotidien, en plus des protéines provenant de l’alimentation des athlètes via diverses sources alimentaires.  En effet, l’optimisation de l’utilisation d’Immunocal autour des périodes d’entraînement et de jeu accrus, et de stress environnemental (par exemple, l’altitude) peut être bénéfique pour l’athlète. Par exemple, il a été démontré que l’augmentation de l’apport en protéines alimentaires (3g.kg-1.jour-1) pendant une période d’entraînement de surcharge chez les athlètes d’endurance atténue le déclin des performances et l’augmentation des symptômes de stress8, tandis que l’augmentation des protéines alimentaires (3g.kg-1.jour-1) pendant un bloc de 2 semaines d’entraînement de haute intensité chez les cyclistes rétablissait la dégradation du trafic des globules blancs induite par l’exercice, avec moins de symptômes d’infections des voies respiratoires supérieures9. Tandis que d’autres ont démontré que l’utilisation de protéines de lactosérum spécifiquement autour des séances d’entraînement quotidiennes pendant une période d’entraînement d’endurance intensifiée peut réduire les dommages aux muscles squelettiques et améliorer les performances, par rapport à l’augmentation des glucides alimentaires seuls10. En accord avec les études susmentionnées sur l’entraînement en endurance, l’ajout de protéines peut atténuer les diminutions de performance et les augmentations des dommages musculaires observés lors d’un entraînement de résistance à haut volume. Enfin, Immunocal a été utilisé dans le cadre d’une stratégie de traitement visant à ramener les athlètes d’élite ayant reçu un diagnostic de syndrome de surentraînement à un état de santé et d’entraînement complet11. Ainsi, des ajustements périodiques de l’apport protéique de l’athlète peuvent servir à modifier l’impact des périodes d’entraînement intensif sur les mesures de la fatigue et de l’immunité, à protéger contre le risque de syndrome de surentraînement et à améliorer les performances.

Alors que les avantages de l’optimisation de l’apport en protéines autour de l’entraînement sur la récupération et la performance sont de plus en plus reconnus. La santé mentale et les performances cognitives de l’athlète sont tout aussi importantes.

En effet, la supplémentation en protéines de lactosérum riches en alpha-lactalbumine a des effets bénéfiques notables sur les hormones du stress, la cognition et l’humeur des personnes soumises au stress12,13. Il est clair que les athlètes peuvent fréquemment subir un stress mental considérable en participant à des compétitions, mais aussi en essayant de trouver un équilibre entre les voyages fréquents, un repos suffisant et un mode de vie chargé. 

 

En résumé, il convient de souligner que la périodisation du soutien nutritionnel, consistant en des ajustements des macronutriments (par exemple, les protéines) autour des phases d’entraînement et, surtout, des blocs d’entraînement intensif et de jeu, est un élément essentiel de l’optimisation de la performance et de la prévention du syndrome de surentraînement chez les athlètes.

 

Ce produit n’est pas destiné à diagnostiquer, traiter, guérir ou prévenir une quelconque maladie. Veuillez consulter un médecin ou un autre professionnel de la santé pour tout diagnostic ou option de traitement médical ou lié à la santé.

 

Références

  1. 1.      Lands LC, Grey VL, Smountas AA. Effect of supplementation with a cysteine donor on muscular performance. J Appl Physiol. 1999 ;87 : 1381–1385. PubMed  

     

    2.      Phillips SM, Van Loon LJ. Dietary protein for athletes: from requirements to optimum adaptation. J Sports Sci 2011 ;29(Suppl 1) : S29–38.

     

    3.      Kingsbury KJ, Kay L, Hjelm M. Contrasting plasma free amino acid patterns in elite athletes: association with fatigue and infection. Br J Sports Med 1998 ;32 :25–32, discussion32–3.

     

    4.      Machinnon LT, Hooper SL. Plasma glutamine and upper respiratory tract infection during intensified training in swimmers. Med Sci Sports Exerc 1996 ;28 :285–90.

     

     

    5.      Halson SL, Lancaster G, Jeukendrup AE, et al. Immunological responses to overreaching in cyclists. Med Sci Sports Exerc 2003 ;35 :854–61.

     

    6.      Coutts AJ, Reaburn P, Piva TJ, et al. Monitoring for overreaching in rugby league players. Eur J Appl Physiol 2007 ;99 :313–24.

     

    7.      Smith DJ, Norris SR. Changes in glutamine and glutamate concentrations for tracking training tolerance. Med Sci Sports Exerc

    2000 ;32 :684–9.

     

    8.      Witard OC, Jackman SR, Kies AK, et al. Effect of increased dietary protein on tolerance to intensified training. Med Sci Sports Exerc 2011 ;43 :598–607.

     

    9.      Witard OC, Turner JE, Jackman SR, et al. High dietary protein restores overreaching induced impairments in leukocyte trafficking and reduces the incidence of upper respiratory tract infection in elite cyclists. Brain Behav Immun 2014 ;39 :211–19.

     

    10.   Hansen M, Bangsbo J, Jensen J, Bibby BM, Madsen K. Effect of whey protein hydrolysate on performance and recovery of top-class orienteering runners. International Journal of Sport Nutrition & Exercise Metabolism. 2015 avr 1 ;25(2).

     

    11.   Lewis NA, Redgrave A, Homer M, Burden R, Martinson W, Moore B, Pedlar CR. Alterations in redox homeostasis during recovery from unexplained underperformance syndrome in an elite international rower. International journal of sports physiology and performance. 2018 jan 1 ;13(1) :107-11.

     

    12.   Markus CR, Olivier B, de Haan EH. Whey protein rich in α-lactalbumin increases the ratio of plasma tryptophan to the sum of the other large neutral amino acids and improves cognitive performance in stress-vulnerable subjects. The American journal of clinical nutrition. 2002 juin 1 ;75(6) :1051-6.

     

    13.   Markus CR, Olivier B, Panhuysen GE, Van der Gugten J, Alles MS, Tuiten A, Westenberg HG, Fekkes D, Koppeschaar HF, de Haan EE. The bovine protein α-lactalbumin increases the plasma ratio of tryptophan to the other large neutral amino acids, and in vulnerable subjects raises brain serotonin activity, reduces cortisol concentration, and improves mood under stress. The American journal of clinical nutrition. 2000 juin 1 ;71(6) :1536-4

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

La Santé Intestinale: La Nouvelle Obsession?

Les influenceurs #Guttok ont séduit des millions de téléspectateurs avec leurs expériences personnelles sur la santé intestinale en 2022. Le sujet est de plus en plus populaire, mais pourquoi? Regardons plus en détail le Probio3+ et ce qui rend ce produit si spécial.

Read More »